guy morançais

Billets de guy-chevy

Poulenc Toréador

 

le 16 octobre 191, Cocteau écrit 

Mon cher Poulenc,

Vous avez "Toréador". Ouf ! Hier réunion au Vieux-Colombier.

Bathori [Jeanne, la danseuse de l'Eventail de Jeanne] et musiciens. La séance est décidée. A bientôt, retraite, et la retraite finale de Music-Hall. J'aimerais mieux vous la voir faire que des choses d'entracte, l'entracte étant consacré à la musique d'ameublement. [Satie commençait à développer le concept de Musique d'ameublement] Répondez vite à ce sujet.

La mélodie ne doit pas être aussi bien que du Chabrier, il faut la faire bien mais moche. (...)

Du reste, faites-la selon votre coeur, car l'ironie serait déplacée dans un "hommage au Music-Hall".

Informez-vous de l'orchestre auprès de Durey, et prévenez tout de suite Bathori-Straram de votre ritournelle batterie.

Enfin travaillez, la paix approche.

    

 

 

Toréador, chanson hispano-italienne de Jean Cocteau:

Lire la suite

Cocteau Les premiers poèmes

Le premier poème publié de Cocteau apparaît, le 15 juillet 1908, dans le n°42 de la revue Je sais tout (Caruso en couverture)

Cocteau en 1908

quelques mois après la présentation officielle de Cocteau, organisée par Edouard de Max au Théâtre Femina.

Il s'agit d'un sonnet, intitulé Les Façades

 

Il est des cris plaintifs qui se tordent les bras,
Mordus entre les dents, avortés sur les lèvres,
Des fards astucieux masquant l’ardeur des fièvres,
Et des corps moribonds sous la fraîcheur des draps.

 

La douleur nous fait honte en nous prenant pour cible.
Cherchons le mot qui trompe et le regard qui ment !
Le sanglot doit se perdre en un ricanement,
Et le cerveau bondir sous un flot impassible…

 

Combien rencontrons-nous de chaos inconnus,
Pantins qui crisperaient, enfin réels et nus,
Leurs traits démaquillés à la clarté des lampes !

 

            Ignorons-nous assez les larmes et le sang !…
            Et près des volets clos qu’on regarde en passant,
            L’anneau froid des canons appuyés sur les tempes !

 

En septembre 1908, Cocteau accompagné de sa mère fait le voyage de Venise. Il y retrouve par hasard, dans un lieu de drague un de ses condisciples de Condorcet,  Raymond Laurent, lequel se suicide d'un coup de revolver sur le quai de la Douane, une heure après avoir reconduit Cocteau à son hôtel, dans la nuit du 24 à deux heures du matin, par suite semble-t-il d'une déception amoureuse causée par Longhorn H. Whistler, neveu américain d'Oscar Wilde; son corps aurait été retrouvé par Vyvyan Holland, le propre fils de Wilde.

Raymond Laurent dans le numéro de janvier 1909 d'Akadémos

Curieusement, Raymond Laurent, ami de Proust, poète lui-même et secrétaire de la revue Akademos était l'auteur d'un essai brillant sur Wilde, et Cocteau avait passé l'été 1908 à rédiger une adaptation scénique du Portrait de Dorian Gray ( titrée Le portrait surnaturel de Dorian Gray, où percent les thèmes du miroir et le voix-off au téléphone (ajouts de Cocteau). Le suicide de Laurent est sans doute la raison pour laquelle le manuscrit resta au placard. (Il connut une publication en 1978.)

 

L'inexplicable incident sera évoqué dans les nombreux premiers essais de fictions en prose de Cocteau et repris presque textuellement dans un poème de La lampe d'Aladin, son premier recueil publié en 1909.

 

En manière d’épitaphe

A la mémoire de R.L.

 

Avec en lui déjà l’affreux désir qui hante,
Pour avoir découvert la tendre agonisante
Cachant ses traits fanés sous le masque des fards;

 

Sous le mensonge exquis de sa riante mine,
Pour avoir respiré , sur ses canaux blafards,
Les miasmes malsains du cancer qui la mine,

 

Pour avoir trop connu l’épouvantable peur
D’en être fou, malgré son sourire trompeur
Et le jeune abandon qu’affectent ses vieux gestes,

 

           Après avoir, peut-être, un peu…si peu lutté,
           Pour que ses souvenirs soient les seuls qui lui restent,
           Il s’y tua d’amour devant la Salute !

                                                                             28 septembre 1908

On connaît moins celui-ci:



Un geste...un coup de revolver
Du sang rouge à des marches blanches
Des gens accourus qui se penchent,
Une gondole...un corps couvert...
Un geste...un coup de revolver,
Du sang rouge à des marches blanches...

 

 La conclusion à la Paul Valéry, du type Carpe Diem, qu' il en tire:

 

Ce que m’a dit la minute

 

La minute m’a dit : « Presse-moi dans ta main ;
Tu ne sais aujourd’hui si tu seras demain ;
Ainsi prends tout le suc qui m’enfle comme une outre,
Ne tourne pas la tête et ne passe pas outre,
Vis-moi !…dans un instant, je serai du passé !
Mais tu ne sais peut-être au juste ce que c’est
Qu’étreindre dans ses bras la minute qui passe,
Si tu comprends la splendeur grave de l’espace
Qui te laissait jadis indifférent et froid,
Si tu sais accepter la douleur sans effroi,
Si tu sais jouir d’un très subtil parfum de rose,
Si pour toi le couchant est une apothéose,
Si tu pleures d’amour, si tu sais voir le beau
Alors suis sans trembler la route du tombeau.
Tu vivras de chansons, de splendeurs, de murmures,
Le chemin n’est plus long si l’on cueille ses mûres,
Et je suis près de toi la mûre du chemin ! »
La minute m’a dit : « Presse-moi dans ta main. »

 

 

Dans Le Prince frivole (1910) Cocteau évoque encore Wilde sans le nommer

 

Le dieu nu

 

Il allait en silence au milieu des risées –
Il feignait d’être sourd à l’unanime affront –
Il souriait avec des lèvres défrisées –
Un bandeau noir ceignait les boucles de son front –

 

            Et je lui demandai : « Jeune homme aux membres frêles
            Es-tu l’amour ? » -- Alors il me répondit : Non !
            Je marche en me cachant à l’ombre de ses ailes,
            Et je suis le dieu nu qui ne dit pas son nom.

 

Cocteau reniera ses trois premiers recueils. Télécharger La Danse de Sophocle (1912) sur cette page.

Chansons parlées

En 1934, pour Marianne Oswald, Cocteau écrit plusieurs "chansons parlées".

 

Anna la Bonne, se référant au faleux fait divers des souers Papin, eut une influence sur la pièce de Genet Les Bonnes dont Cocteau, qui avait participé à la réduction en un acte de ce lever de rideau, trouva le dénouement: On ignore qui écrivit la ritournelle d'introduction , peut-être improvisée. Dans le style des grandes diseuses à la Yvette Gilbert, Marianne Oswald trouve ici un de ses morceaux emblématiques:

 

Inspiré du poème d'Edgar Poe Annabel Lee traduit par Mallarmé, le texte reste une des productions les plus fascinantes de Cocteau (enregistrement 13 mars 1934)

Anna la bonne

 

 

Ah, Mademoiselle !

Mademoiselle Annabel

Mademoiselle Annabel Lee

Depuis que vous êtes morte

Vous avez encore embelli

Chaque soir, sans ouvrir la porte

Vous venez au pied de mon lit

Mademoiselle, Mademoiselle

Mademoiselle Annabel Lee

 

Sans doute, vous étiez trop bonne

Trop belle et même trop jolie

On vous portait des fleurs comme sur un autel

Et moi, j'étais Anna, la bonne

Anna, la bonne de l'hôtel

Vous étiez toujours si polie

Et peut-être un peu trop polie

Vous habitiez toujours le grand appartement

Et la chose arriva je ne sais plus comment

 

Si. Bref, j'étais celle qu'on sonne

Vous m'avez sonnée une nuit

Comme beaucoup d'autres personnes

Et ce n'est pas assez d'ennui

Pour... enfin... pour qu'on assassine

Nous autres, on travaille, on dort,

Les escaliers... les corridors

Mais vous, c'étaient les médecines

Pour dormir "Ma petite Anna,

Voulez-vous me verser dix gouttes ?

Dix, pas plus !" Je les verse toutes

Je commets un assassinat

 

Que voulez-vous, j'étais la bonne

Vous étiez si belle, si bonne

Vous receviez un tas d' gens

Vous dépensiez un tas d'argent

Et les sourcils qu'on vous épile

Les ongles et le sex-appeal !

 

{au Refrain}

 

Vous croyez que l'on me soupçonne

La police, les médecins

Je suis Anna, celle qu'on sonne

On cherche ailleurs les assassins

Mais vos princes, vos ducs, vos comtes

Qui vous adoraient à genoux

Plus rien de ces gens-là ne compte

Le seul secret est entre nous

 

Vous pensez que je m'habitue ?

Jamais. Elle viendra demain

Vraiment, ce n'est pas soi qui tue

Le coupable, c'est notre main

"Dix gouttes, Anna, mes dix gouttes"

Et je verse tout le flacon

Ah ! Cette histoire me dégoûte

Un jour, je finirai par sauter d'un balcon

 

Et cet enterrement ! Avez-vous une idée

De ce qu'il coûte au prix où revient l'orchidée ?

Elle devait partir sur son yacht pour Java

La Java !

On y va. On y va... On y va !

Lire la suite

Nouveau site Internet

Votre organisation se dote d'un nouveau site internet : prince des poètes. Ce site vous permettra de suivre découvrir l'entreprise et de rester en contact avec nous. Il permettra également aux adhérents d'être informé des prochains événements, assemblées générales et de toute l'actualité de l'asso !

Ce site est actuellement en construction, mais nous travaillons activement pour que Votre organisation se dote d'un site web complet et utile pour l'association !

Nous vous souhaitons une bonne visite sur notre site Internet !